Qu’est ce que le Raku

Le raku est le résultat d’une technique de cuisson céramique d’origine coréenne qui s’est développée dans le Japon du XVIe siècle. Il est lié originellement à la fabrication de bols pour la cérémonie du thé dans laquelle ils occupent une place éminente car ils incarnent au plus haut point l’esthétique fondée sur le dépouillement.

Raku Kichizaemon XV (樂 吉左衞門?), né en 1949, est l’héritier en titre de la lignée de potiers raku. Il montre en dehors du Japon les bols à thé créés par sa famille avec les techniques transmises de père en fils. Le musée Raku, dont cette famille est toujours aujourd’hui propriétaire, peut se visiter à Kyoto.

Ce procédé de cuisson met en jeu les quatre éléments : la terre, le feu, l’air et l’eau.

Les pièces, une fois émaillées, sont sorties incandescentes d’un four à environ 1 000 °C (il s’agit d’une cuisson à basse température) puis sont rapidement recouvertes de matières inflammables naturelles comme de la sciure de bois permettant de limiter l’apport d’oxygène au contact de l’émail en fusion. C’est au cours de cette phase qu’apparaissent les couleurs plus ou moins métallisées, les craquelures ainsi que l’effet d’enfumage de la terre laissée brute qui forment les principales caractéristiques de ce type de céramique. Après refroidissement, les pièces sont nettoyées pour enlever tous les résidus de suie et de cendre.

La multitude des paramètres permet d’obtenir des résultats variant à l’infini, ce qui confère à la pièce, entièrement réalisée à la main, la qualité d’objet unique.